8 mars 2009: Communiqué de presse No 1

Formation de désobéissance civile de BLOCK NATO à Strasbourg.

Les 3 et 4 avril l'OTAN se réunira à Baden-Baden et Strasbourg pour célébrer son 60ème anniversaire. Des citoyens de toute l'Europe préparent un ensemble d'actions de protestation contre ce sommet.

Le 8 mars 2009 quelque 50 personnes présentent l'initiative BLOCKNATO au public.
 

« Les formations de désobéissance civile sont très importantes dans nos préparations. Les participants s'entraînent à différentes techniques de blocage, notamment de quelle manière ils peuvent contourner les barrages policiers sans provoquer de tension. Par-dessus tout le but recherché de ce type de jeu de rôle est de donner confiance aux militants », explique Brigitte Bastian des « Désobéissants civils de Strasbourg ».

« Le 60ème anniversaire d'une alliance militaire agressive qui est responsable de milliers de victimes en Afghanistan, et qui persiste sur l?option des premières frappes nucléaires, par ailleurs dont les Etats membres ont une part de 70% des dépenses militaires mondiales, n'est pas une raison pour fêter », déclare Inez Louwagie du groupe belge Bombspotting, et du réseau international NATO-ZU.

« Le sommet de l'OTAN n'est pas légitime. Nous déclarons que nous résistons sous une forme de désobéissance civile. Dans la matinée du 4 avril des milliers de personnes vont occuper les rues qui mènent au sommet. Ils ne vont être ni provoqués ni empêchés par la police et vont exprimer leur claire opposition à la guerre et au militarisme par un acte de désobéissance consciente », explique Christoph Kleine du réseau allemand « Interventionistische Linke ».

« Il est inacceptable que les autorités francaises interdisent des actions de protestation dans une grande partie de Strasbourg, et qu'une partie des habitants des zones rouges soient pris en otage du sommet de l'OTAN. C'est une flagrante contradiction avec les principes démocratiques. Par nos actions nous affirmerons que nous n'accepterons pas l'essai de l'OTAN de se protéger de toutes protestation et critiques », conclue Brigitte Bastian.

Vos contacts avec la presse:

Brigitte Bastian (francais, allemand), +33-388-43-70-62

Inez Louwagie (francais, anglais) +32 498 68 29 40

Christoph Kleine (allemand, anglais), +49-172-9006161

 

press@block-nato.org

5 mars 2009: Invitation à la presse

Présentation de l'initiative "bloquer l'OTAN" avec entraînement public à l'action.

Dimanche, 8 mars 2009 / 13 heures / Place de la République / Strasbourg

Des groupes, réseaux et militant(e)s des mouvements de paix et anti-guerre de plusieurs pays européen ont lancé l'initiative "Bloquer l'OTAN" lors de la conférence d'action contre l'OTAN les 14 et 15 février à Strasbourg. L'initiative "Bloquer l'OTAN" a pour but de bloquer et perturber de manière efficace le sommet, avec des milliers de personnes, en occupant les accès sur les lieux du congrès, pour couper le sommet de son infrastructure.

Nous croyons que le sommet de l'OTAN, en tant que réunion d'un réseau de guerre, n'a aucune légitimité et que des actions de désobéissance civile sont alors justifiées et nécessaires. Comme les villages, le contre-sommet et les manifestations, les actions de désobéissance civile font partie d'une même dynamique de protestation contre le sommet de l'OTAN.

Une partie importante de notre préparation sera un entraînement à l'action, sous forme de jeu de rôle, dans lequel les participant(e)s se préparent aux blocages de masses. Le 8 mars, à Strasbourg se déroulera un entraînement public, afin de sensibiliser et d'informer sur ces pratiques de protestation de désobéissance civile.

A cette occasion, les porte-parole de l'initiative "Bloquer l'OTAN" pourront expliquer notre démarche en répondant entre autres aux questions suivantes:

  • Pourquoi considérons-nous le sommet de l'OTAN comme illégitime et les actions de désobéissance civile justifiées?
  • Quels sont les buts pratiques et symboliques du blocage du sommet de l'OTAN?
  • Qu'entendons-nous par désobéissance civile? Comment comptons-nous atteindre notre but malgré le dispositif policier massif qui sera mis en place?